Industrialisation inclusive: l’Afrique appelée à adopter des stratégies structurantes (M. Mezzour)

L’Afrique est appelée à adopter et à mettre en œuvre des stratégies structurantes pour aller vers une industrialisation inclusive et durable, a souligné, lundi à Dakhla, le ministre de l’Industrie et du Commerce, Ryad Mezzour.

Dans un discours enregistré à l’ouverture de la 3ème rencontre africaine du Forum des associations africaines d’intelligence économique (FAAIE), placée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI et sous l’égide de l’Université ouverte de Dakhla, M. Mezzour a indiqué que l’Afrique dispose d’un véritable potentiel de développement de ses ressources naturelles et agricoles, plaidant pour la valorisation de ces ressources à l’échelle industrielle, afin d’en faire un levier important de création d’emplois et de valeur ajoutée.

Lors de cet évènement tenu sous le thème « l’Afrique des innovations, politiques nationales et coopération africaine », le responsable gouvernemental a noté que la mise en place de ses stratégies nécessite une vision sectorielle claire, l’encouragement à l’investissement productif, la formation des ressources humaines, l’intégration des chaines de valeur dans le cadre d’écosystèmes, l’investissement dans l’innovation et la recherche et développement (R&D) et la promotion de la complémentarité panafricaine.

« A l’ère de la transformation des chaînes de valeurs mondiales, l’importance de la coopération Sud-Sud en la matière n’est plus à démontrer, et ce à des fins de partage de bonnes pratiques et d’expériences et surtout de développement de partenariats Gagnant-Gagnant », a-t-il avancé.

M. Mezzour a relevé que dans le contexte actuel, la différenciation de l’offre se confirme comme étant une solution idoine pour garantir un positionnement meilleur par rapport aux économies mondiales, précisant que pour le Maroc, la lecture de cette différenciation ne s’est pas limitée à la création de richesses au niveau des tissus productifs mais s’est également apparentée à une véritable transformation structurelle.

Dans ce sillage, le ministre a passé en revue les différentes actions entreprises par son département portant notamment sur la définition de nouveaux concepts d’organisation industrielle pour l’amélioration du contenu technologique des produits nationaux et la diversification des marchés d’écoulement et la dynamisation des capacités exportatrices des entreprises, ainsi que le renforcement de la compétitivité du tissu industriel et la consolidation de l’attractivité de la plateforme Maroc.

« Au vu de ces défis et conformément aux orientations et ambitions du nouveau modèle de développement, ayant accordé une place primordiale à la R&D et à l’Innovation, nous avons œuvré, en collaboration avec nos partenaires, à asseoir les jalons d’un écosystème favorable à l’innovation et à l’entrepreneuriat innovant au Maroc, à même de permettre à la recherche scientifique marocaine de se mettre au service du développement socio-économique en créant des ponts d’excellence permanents entre l’Université et l’industrie », a-t-il fait observer.

Dans cette optique, M. Mezzour a rappelé que son département a lancé une série de programmes d’appui à l’innovation et à la R&D industrielles, dont l’objectif principal est de rendre le lien entre l’industrie et l’innovation indispensable au développement de la compétitivité des entreprises.

Cette rencontre qui se poursuit jusqu’au 7 décembre est marquée par la participation d’associations nationales d’intelligence économique d’Afrique anglophone, lusophone et francophone, d’acteurs institutionnels ainsi que d’experts africains et non africains travaillant sur l’Afrique.

Les travaux de cette rencontre africaine sont axés notamment sur « Stratégies nationales d’innovations en Afrique », « Innovation et développement économique » et « Quelles approches pour une innovation durable et inclusive en Afrique ».